Suivez-nous!


5,4,3,2,1... lancement reporté...

C'est un grand jour aujourd'hui!  Si vous êtes un habitué de Destination-Terre, vous avez sûrement déjà porté attention au compte à rebours qui se trouve tout juste à votre droite.  Et bien aujourd'hui, ce compteur que nous avions activé en mars 2011 et qui indiquait 500 jours avant le grand départ est maintenant (presque) rendu à zéro...  Alors roulement de tambour!


Mais nous ne vivons pas dans un monde idéal, alors le compte à rebours nous a joué quelques tours.  Bientôt, très bientôt, dans quelques heures, il arrivera en bout de course.  Ce qui, en réalité, devrait signifier que nous soyons déjà confortablement installés dans le camping car à sillonner les routes, les provisions judicieusement positionnées dans le frigo et l'appareil-photo à portée de main, juste au cas où.  Mais nous ne vivons pas dans un monde idéal...  Alors nous sommes encore ici!

Alors pourquoi pas un peu de négativisme!

Ouais!  Bonne idée!  Pourquoi pas un peu de négativisme histoire de râler un bon coup?  Mais non.  Car on ne construit pas un projet du genre sur de telles bases.  Et petite question comme ça, vous avez déjà vu la navette spatiale décoller le jour prévu, à l'heure prévue?  Nan!  Il reste toujours des détails à régler.    Ça fait partie du jeu.  Il y a toujours des imprévus.  Comme vous le savez, il faut régler la vente de la maison avant de partir.  Mais bonne nouvelle, ça vient!  Lentement mais sûrement.  Ce n'est pas comme vendre quelques livres usagés.  C'est légèrement plus complexe.

Alors pourquoi pas un peu de positivisme!

Ouais!  Bonne idée!  Pour faire un petit retour en arrière, lorsque nous avons eu l'idée du compte à rebours en mars 2011 (souvenez-vous il indiquait 500 jours) nous trouvions que tout cela était encore bien loin et qu'il faudrait une éternité avant d'y arriver.  Mais c'est fou comment le temps passe vite.  Et nous y sommes aujourd'hui.  Rétrospectivement, ces 500 jours nous aurons permis de mettre au point un tas de choses avant le départ, de planifier notre itinéraire et de nous faire plusieurs contacts un peu partout sur la planète.  Ça peut toujours servir, on ne sait jamais.

Et puis nous avons évolué grandement depuis.  Notre vision des choses a beaucoup changé aussi.  Dans notre tête, nous sommes déjà ailleurs.  Bien présents, c'est certain, mais tout aussi ailleurs.  L'important c'est d'aller de l'avant.  Il est évident que l'attente est insoutenable, mais de rajouter un mois ou deux au compteur n'entamera pas notre détermination.  La navette décollera, soyez sans crainte.

Que faire pour combler l'attente?

Nous continuerons ce que nous faisons déjà.  Des contrats à honorer ici dans notre région (que nous aurions dû faire de toute façon) et peut-être un réajustement de l'itinéraire en fonction de la date à laquelle nous partirons.  Mais l'important est de ne pas se mettre de pression inutilement sur les épaules.  Un itinéraire, ça se change.  Où serait le plaisir s'il fallait se la jouer selon un horaire strict?  Nous mènerons donc notre barque à notre façon.  Lentement mais sûrement, un pas à la fois.

Toutefois, nous allons sûrement regarder le compteur attentivement lorsqu'il n'indiquera que des zéros. Après tout, nous attendions ce moment depuis fort longtemps.  Aussi, nous avons bien hâte de voir s'il partira dans l'autre sens, en se remettant à grimper graduellement.  Les paris sont maintenant ouverts.  On se croise les doigts!


13 commentaires:

  1. Allez vous tenez le bon bout !Bon courage pour la dernière ligne droite :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Yo! On ne lâche pas c'est certain! Reste seulement à attendre... Grrrr! Mais bon, ce n'est pas si mal, juste un peu long. À bientôt mon ami!

      Supprimer
  2. Ce n'est que partie remise! Bonne Chance à vous 2!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Cyrille! Il faut maintenant user de patience....

      Supprimer
  3. Ce genre de voyage nous apprend à ne moins regarder nos montres. Il semble donc que vous commenciez directement par cette leçon.
    bon courage pour les derniers jours

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut Tiphanya! En fait, on prend ça un jour à la fois! C'est ce qu'il y a de mieux à faire. Content de te revoir ici et à bientôt!

      Supprimer
  4. Allons, ce n'est pas bien grave, après tout, l'intérêt de votre démarche c'est de ne plus être limités par le temps, de ne plus vous dire "mince je serais bien resté plus longtemps à tel endroit, malheureusement les vacances sont terminées et il faut que je rentre à la maison pour aller travailler" Alors pourquoi vous mettre martel en tête par rapport à cette histoire de départ différé? Que vous partiez demain ou dans 6 mois? Quelle différence au bout du compte? Au contraire, profitez du temps qui vous reste avant de partir pour savourer vos derniers moments dans votre maison, même s'il y a sans doute du chantier et des cartons :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, Claire, mais vois-tu, toute cette aventure met ma patience à dure épreuve... J'aime bien quand ça bouge et surtout quand il y a un peu d'action. Enfin, on fera avec c'est certain. Ça nous laissera le temps de peaufiner notre projet un peu plus!

      Il y a des boites partout en effet! Mais heureusement, le chantier est presque terminé! Nous avons donc maintenant un intérieur de style très "épuré" et je t'avoue que ce n'est pas désagréable du tout! Moins ça traine, moins ça occupe les pensées! À bientôt et salutations à Max!

      Supprimer
  5. "Le plus beau voyage est celui que l'on a pas encore fait", dixit Loïc Peyron... Je vois la citation presque tous les jours sur un bus de ligne citadine qui passe devant chez moi.
    Elle s'applique si bien à vos projets ;o)

    RépondreSupprimer
  6. @Marigaz: la suite n'en sera que meilleure.... À bientôt!

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour à vous deux!

    J'ai beaucoup apprécié votre texte. Je vous cite: "Mais l'important est de ne pas se mettre de pression inutilement sur les épaules." C'est tellement bon d'être indulgent envers soi-même, et c'est payant! Tenter d'avoir une vision réaliste, c'est la sagesse, non?

    Je continue de vous suivre,

    Chantal

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Chantal!

      En effet, pourquoi se casser la tête avec quelque chose qu'on ne peut pas contrôler? Donc, nous patientons... C'est une bonne pratique d'ailleurs car, une fois sur la route, il y a des moments qui seront hors de notre contrôle et nous devrons faire avec!
      Nous sommes prêts à partir dans notre coeur, dans notre tête nous sommes déjà ailleurs. Le reste, c'est juste du matériel dont il faut se "débarrasser" et cela viendra! (j'espère par contre que cela ne tardera pas trop car j'ai vraiment très hâte de partir!)
      Merci d'être là, à bientôt!

      Supprimer
    2. C'est toutefois très difficile de gérer mon impatience face à la concrétisation du projet... Vivement le départ! A+

      Supprimer

Exprimez-vous!