Suivez-nous!


Destination-Terre: des vendeurs de rêves?

Chère Francine, bien que vous et moi soyons du côté opposé de nos frontières respectives, je tiens à vous remercier. Tout d’abord pour avoir eu l’audace de vous dresser sous votre propre nom, mais aussi pour le réconfort de tous ceux qui embrassent des projets originaux. Originaux dans le sens où ils se démarquent de ce que l’on voit un peu partout à chaque jour autour de nous. Ça nous change de la routine.


De plus, à nous voir échanger de cette façon, j’arrive presque à croire qu’un jour ou l’autre, peut-être serons nous frappés de plein fouet par le syndrome d’Helsinki. Et si bien que, comme vous le savez sûrement et par définition, ce syndrome ne s’applique pas à cette situation en particulier, peut-être serait-ce la plus belle chose qui pourrait nous arriver. Entre vous et moi, entre tous ceux qui partagent mes opinions et ma vision, entre tous ceux qui partagent les vôtres.

Dans l’un de vos commentaires, et c’est celui qui m’a frappé le plus (par son manque d’ouverture, je l’avoue) vous disiez que vous trouviez scandaleux, et je vous cite, que des gens fassent la promotion d’idées que bien d’autres gens ne pourront jamais réaliser et qu’au passage, nous n’étions que des vendeurs de rêves. Là, vous m’avez démasqué. Je suis en effet un vendeur de rêve. Mais il n’y a pas que moi. Je crois même que tous ceux qui viennent ici sur ce site le sont aussi, des vendeurs de rêves. Ceux qui ne le sont pas, sont peut-être d’éventuels acheteurs, qui sait!

Le rêve se vend plutôt bien en effet. Pour la simple et bonne raison que plusieurs d’entre nous ont perdu leurs illusions. C’est peut-être votre cas, qui sait! Mais de grâce, n’allez surtout pas enlever le peu d’espoir à tous ceux qui s’accrochent à quelque chose, ne serait-ce qu’un rêve.

Par le passé, je me suis rendu compte que tous ceux qui critiquaient avec force mes projets ou mes idées agissaient ainsi tout simplement parce qu’ils ne me connaissaient pas réellement. Ça veut aussi dire que des gens très près de moi agissaient aussi de la sorte. L’incompréhension ne se limite pas qu’aux étrangers vous savez. Alors pourquoi s’entêter à vendre du rêve me direz-vous?

Depuis que nous avons annoncé quel serait la pierre d’assise de notre projet et ses implications, vous seriez agréablement surprise du nombre de courriel que l’on nous a envoyé pour nous remercier. Ça peut paraitre étrange, mais il existe des gens pour qui les projets des autres se veulent des catalyseurs à la réalisation de leurs propres projets. Il s’agit du coup de pouce que certains ont parfois besoin. Ça va peut-être vous paraitre idiot, mais de mon côté, le jour où Guy Laliberté (que vous connaissez sûrement) a annoncé qu’il s’offrait un voyage dans l’espace, moi je me suis offert un canot. J’en rêvais depuis longtemps et ce type a été mon catalyseur. Je ne me suis pas offert ce canot pour pavaner avec sur le toit de ma voiture. Je me le suis offert comme un instrument de liberté, pour maitriser et conquérir une rivière qui me faisait de l’oeil depuis bien longtemps.

Bien sûr, la grandeur respective de nos projets ne se compare pas. Le sien lui a coûté 50 millions de dollars. Le mien, à peine 300. Mais l’objectif était le même. Il nous fallait franchir un pas, se diriger vers une autre étape. J’ai vendu le canot depuis. Je ne l’ai utilisé qu’une seule fois. Ce que je retiens de toute cette histoire a été le fait que Guy Laliberté fut grandement critiqué par son besoin de s’envoyer dans l’espace. Moi je vous dis qu’il en a fait rêver plus d’un.

Dimanche dernier, Martine et moi sommes allés dans un grand parc, près du centre-ville. Elle avec son appareil-photo en main et moi avec le tricopter. Nous voulions faire d’une pierre deux coups en réalisant quelques clichés pour une classe de science et par la même occasion, ajouter quelques heures de pilotage à mon carnet de vol. Résultat: tout au plus 30 minutes de pilotage et deux heures de bavardage! Deux heures de bavardage avec des gens qui s’étaient littéralement agglutinés autour de nous pour nous poser des tas de questions. Des tas de questions sur le tricopter, sur nous et sur le projet.

Pourquoi je vous dis ça? Simplement parce que les projets sont porteurs. Porteurs de message mais aussi porteurs d’espoir. Au plus, je m’étais dit que peut-être deux ou trois gamins auraient été attiré par la vue d’un objet volant non-identifié survolant le parc, mais non. Il s’agissait d’adultes. D’adultes comme vous et moi. D’adultes curieux à l’ouverture d’esprit énergisante. Si je vous disais que l’un d’eux nous a dit textuellement: vous avez fait ma journée, vous me croiriez? Et bien c’est vrai. Qui sait de quoi avait été fait sa journée justement avant notre rencontre dans le parc? Un autre a même dit qu’il envisagerait peut-être d’en construire un pour se tenir occupé durant les longs mois d’hiver. Pourquoi pas. Petit détail: cet homme avait 63 ans.

Le plus étonnant dans tout ça, et nous en parlions Martine et moi durant notre retour en voiture, est que n’eut été du tricopter, rien n’aurait réussi à faire le pont entre nous et ces gens. Nous aurions déambulé dans le parc, croisé ces gens et aucun d’entre eux ne nous aurait adressé la parole. Nous non plus d’ailleurs. Il fallait une étincelle. Et les gens qui vendent du rêve possèdent cette étincelle. Et si nous avions à faire l’inventaire de ce que nous possédons et qui a le plus de valeur à nos yeux, sûrement que de faire partie de tous ces vendeurs de rêve qui passent par ici à l’occasion en fait partie.

En prime, un petit vidéo sur l'amas de bois, de fils électriques, de boulons, d'éponges, de plastique et de technologies chinoise!

video


 Recevez les articles de Destination-Terre en temps réel!

17 commentaires:

  1. Bonjour à tous les deux!
    Sachez que sans rêves, sans buts à atteindre, l'humanité n'avancerait pas!

    RépondreSupprimer
  2. "Les projets sont porteurs" oui, oui et re-oui.

    Bonne route à vous,

    NowMadNOw

    RépondreSupprimer
  3. Une telle histoire intéressante et étonnante vidéo, merci de partager tout cela avec nous! Vous êtes inspirant!

    RépondreSupprimer
  4. @Mélissa: en plein dans le mille! Du rêve à la tonne et des gens obsédés et motivés à les réaliser.

    RépondreSupprimer
  5. @Aline: tu vois, jamais nous n'aurions pensé que notre bidule volant, qui je dois l'admettre fait maintenant et officiellement partie de notre voyage, allait susciter autant d'intérêt. Mais surtout qu'il allait faire le pont entre nous et des gns intéressants, là, j'en suis soufflé...

    RépondreSupprimer
  6. @Moving Nancy: merci à toi. Nous nous inspirons aussi de bien des gens en réalité. A+

    RépondreSupprimer
  7. Super le vidéo du tricopter! Avec un caméra montée dessus, les images seront extras! Bonne continuité!

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour,

    Ton article (et le précédent) me fait penser à une citation que j’ai lue quelque part :
    « Ceux qui disent qu’une chose est impossible ne devraient pas déranger les personnes qui sont en train de la réaliser ».

    De toute façon, nul ne peut s’arroger le droit de décréter ce que devrait être la vie des autres.

    On a déjà suffisamment à faire pour sa propre vie quand on veut choisir les projets qu’on veut accomplir et ceux qu’on doit laisser tomber. Après tout, on ne peut pas prendre la route ET cultiver un jardin dans sa cour. ;)

    Allez, tenez bon et « contaminez » le plus de monde possible !

    RépondreSupprimer
  9. Je pense que tout ce qui nous rend sortir de la routine dans le quotidien direct est bon, tant pis si elle est juste un rêve ...

    RépondreSupprimer
  10. @Niki Van: merci pour ton commentaire. Sortir de la routine fait du bien en effet. Ça nous change du quotidien! A+

    RépondreSupprimer
  11. @Marc: depuis quelques semaines nous faisons des tests de vol et des simulations de prise de vue, selon différents tracés et différents angles de tournage. Sans caméra bien sûr. Il faut équilibrer le tricopter avant, faire les réglages et tout le reste. Mais ça viendra. A+

    RépondreSupprimer
  12. @MarieBo: très vrai. D'autant plus que nous sommes du genre à ne pas juger ce que les autres font de leur vie, même si ça n'entre pas dans nos cordes à nous. Par exemple, il y a des gens qui aiment grimper des montagnes, faire du trekking, de l'alpinisme, collectionner des timbres,etc, etc. Perso, même si je n'aime pas ces activités, je n'ai nullement le droit de les critiquer. Il y en a pour tous les goûts en fait, c'est peut-être ce qui fait la diversité et la beauté de l'affaire. Bonne journée à toi et merci pour ton commentaire!

    RépondreSupprimer
  13. Cet endroit est magnifique. J'adorerais visiter quelques jours!

    RépondreSupprimer
  14. Je découvre Guy Laliberté (que je ne connaissais pas!), mais outre le personnage, c'est le nom que j'adore! LALIBERTE!! Ca aurait été un comble que ce Laliberté passe sa vie en prison!
    Bref.
    Très joli article. Ce qui m'a frappé est le "vous avez fait ma journée"... Cela prouve que nous avons de plus en plus besoin de piment dans nos vies et ce, à différent degrés: cet homme, il suffira juste de vous croiser. Vous, il suffira juste que vous croisiez d'autres continents.
    Tout est question de curseur :-)

    Quant au tricopter, les crahs ont l'air d'être definitivement rangés au placard! Le pilotage devient de plus en plus stable: à quand la GoPro?

    RépondreSupprimer
  15. C'est là toute la différence entre les gens qui croquent la vie en souriant, et ceux qui regardent les premiers avec envie et amertume. Bref, entre ceux qui marchent vers et dans leur bonheur, et ceux qui vivent leur vie sans aller beaucoup plus loin.

    RépondreSupprimer
  16. @Maxime: Guy Laliberté est le fondateur du cirque du soleil. Il quitte la maison à 14 ans pour vivre sa vie, fait le clown un peu partout en donnant de petits spectacles pour les passants dans la rue... Il se retrouve aujourd'hui à la tête d'une magistrale entreprise, et sa fortune personnelle est évaluée, parait-il, à 2,5 milliard de dollars. Comme quoi tout est possible même en partant de loin et en y croyant.

    Tout de même étrange que l'on puisse effectivement faire la journée d'une personne inconnue en étant soi-même un personnage très inconnue...

    Pour le tricopter, que de bonnes nouvelles! Une vraie merveille (et humblement!) une réalisation dont je suis très fier! Beaucoup d'efforts depuis sa construction mais là ça en vaut la peine. Il vole comme un charme et les crashs sont de l'histoire ancienne.

    Pour l'instant, je cumule encore les heures de vol et la caméra GoPro devrait être la prochaine étape du projet. Les images seront assez exceptionnlles, c'est certain!

    RépondreSupprimer
  17. @Chris: raison de plus pour contaminer le plus de gens possible avec de la bonne humeur et des projets qui font rêver. Peut-être ainsi pourrons-nous non pas changer le monde, mais changer notre petit monde.

    RépondreSupprimer

Exprimez-vous!